R. I. P.

René Boisneau

Né le mercredi 17 janvier 1951 à Belligné (Loire Atlanti-que). Décédé à Nantes le vendredi 29 juin 2012.

Créateur autodidacte, à la fois musicien et poète, René Boisneau a inventé un art nouveau : les vitraux en carton, des canivets géants d’une grande complexité qu’au fil de son inspiration du moment – souvent une idée, un mot ou une phrase – il découpe au cutter dans de grands formats de carton d’emballage.

C’est en 1996 qu’il a découvert cette technique, par hasard, en réalisant avec des enfants une Tour Eiffel de 2m 50 balisant un jeu de piste. Mais il avait, dans sa jeunesse, travaillé le bois, le papier et le rotin dans un institut de travaux manuels à Chartres, et pratiqué les techniques du cuir et du textile avec les artisans du Sahel au cours d’un voyage au Sahara. Puis il s’est fait montreur de marionnettes et ses spectacles itinérants, ses masques et ses costumes ont sillonné les routes de France dans sa roulotte. Il pratique également le chant choral, et la harpe celtique n’a plus de secrets pour lui.

Les derniers vitraux de René Boisneau rendent hommage aux révolutions arabes et figurent l’enterrement du CAC 40 sous forme d’un défilé mortuaire. « C’est un peu la magie de ce boulot, dit-il, de laisser apparaître la lumière au travers des idées. ». Emporté par un cancer foudroyant, René Boisneau est décédé, entouré des siens, au printemps 2012.

 

SUITE

Photo : L. D.

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player