ARTAUD DANS LES ARCHIVES DU DOCTEUR FERDIERE (1907-1990)

"Paru en novembre 1996, pour le centenaire de la naissance d'Artaud, ce livre a été conçu en deux volets. Tout d'abord le récit du terrible itinéraire médical d'Antonin Artaud, de son enfance à sa mort à la clinique d'Ivry en 1948, par un excellent connaisseur de l'univers psychiatrique, l'infirmier André Roumieux (Je travaille à l'asile d'aliénés, Champ Libre, 1974). Puis l'édition critique des archives de son psychiatre, Gaston Ferdière, dont je me suis chargé. A l'origine nous pensions consacrer à l'univers de Ferdière un album illustré, puis très vite la force de tous les documents concernant Artaud s'est imposée à nous et a pris le dessus sur tous les autres documents, pourtant très intéressants. Pour la première fois, nous pouvions disposer des derniers morceaux du puzzle de la biographie d'Artaud : 17 lettres inédites, la correspondance de sa mère, les radios de ses vertèbres, la liste de ses 58 électrochocs. Ce livre, semble-t-il, a fait date pour les vrais connaisseurs du poète."

"J'ai bien connu le Docteur Ferdière, qui était mon voisin en Seine & Marne à l'époque où je préparais mon livre avec Chomo. C'était un grand collectionneur du bizarre et du hors-normes et sa maison d'Héricy était un véritable cabinet de curiosités. Je lui ai consacré, début 1986, une série d'émissions sur France-Culture intitulée "Le Cabinet du Docteur Ferdière". Au fil du temps nous sommes devenus très amis et j'étais un habitué de sa maison et de sa famille. A son enterrement, en décembre 1990, c'est moi qui ai dû improviser un discours sur sa tombe, pour meubler le vide insupportable d'une cérémonie sans rituel. Un an après, sa fille Anne me demandait d'aider André Roumieux, écrivain et chercheur autodidacte, ancien infirmier psychiatrique à Ville-Evrard, à mettre un peu d'ordre dans ses archives, et c'est ainsi qu'est né ce livre."

Gaston FERDIERE à la décharge publique de Chartrettes, entre Melun et Fontaine-le-Port vers 1984. De gauche à droite : Michèle Galano-poulo, Dorita Giannini et sa mère.

Photo L. D.

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player