« Je ne deviendrai jamais folle parce que je ne suis pas très normale. Ce sont les gens normaux qui deviennent fous. Mais comme je ne l’ai jamais été, je ne risque rien. Avec mes dessins, j’ai même guéri mon psychiatre. ».

Guéri de quoi ? « De son indifférence. »

MARILENA PELOSI

Carnet de dessins 

éditions Claude Roffat, 2004

"Marilena aurait bien voulu faire les beaux-arts, mais, comme elle dit, 'heureusement que je n’y suis pas allée, peut-être qu’on m’aurait appris à dessiner cor-rectement.' [...] Quand elle se met au travail – 'parfois deux dessins à la suite dans le même jour' – l’image, en fait, est déjà là, 'accomplie dans l’invisible', sa main n’a plus qu’à suivre ce qui lui est imposé. 'Ca vient très facilement, sans poser de ques-tions, c’est très drôle. Je ne peux pas contrarier les dessins, ni les titres, ils doivent tellement être ce qu’ils sont, ils ont comme une vie auto-nome.'"

L. D.

("L'anti-vaudou de Marilena Pelosi")

Lire le texte intégral 

« Moi-même je ne suis pas en mesure d’expliquer. Tout ce que je sais, c’est que ça sort comme ça, et je ne discute pas. Le mystérieux, pour moi, c’est toujours positif. Si le mystère n’existait pas, la vie serait monotone et il serait inutile de la continuer. ». 

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player