Jeanne Giraud

Née le 6 mars 1906, décédée le 19 mai 1993 à Saint-Etienne

Fille d’un tailleur, issu d’une lignée de paysans, et d’une mère aux origines mystérieuses, alimentant la mythologie familiale, Jeanne Barbier dans sa jeunesse étonne ses frères et soeurs par ses penchants mystiques et apprend la broderie dans l’atelier d’une couturière où son talent lui vaut d’être surnommée "doigts de fée" . Elle épouse Lucien Giraud, le futur gérant d’un des premiers supermarchés français, et met au monde une fille, décédée prématurément, dont on ne parlera jamais, puis son fils unique, Jean-Luc, qui deviendra lui-même artiste.

Eprouvée par la faillite de son mari, entraînant une régression sociale dont elle a honte, elle se réfugie dans des rêveries où se mêlent les grands initiés et les extra-terrestres, le Christ, Lao-Tseu et Walt Disney, collectionne les antiquités et participe clandestinement à Mai 68 en couvrant son quartier de slogans vengeurs. Elle se dit également médium, tire les cartes et vit au rythme d’apparitions et de rêves prémonitoires. C’est en 1972, alors que son fils est parti tenter sa chance au Danemark, que, fatiguée des travaux utilitaires, elle commence ses premières broderies personnelles, improvisées selon une technique savante mais peu orthodoxe. Pendant dix ans, elle réalisera ainsi une centaine de petits tableaux à la portée souvent symbolique puis s’arrêtera brusquement en 1982, au décès de son mari.

Laurent Danchin & Jean-Luc Giraud

Doigts de Fée

Les bonbons de Mycelium

Exposition Jeanne et Jean-Luc Giraud

La Halle Saint Pierre, Paris - 2003

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player