"Mon intuition de départ était que le triomphe de la culture numérique rendait obsolètes le futurisme et la science fiction et favorisait au contraire une régression imaginaire aux racines de l'histoire ou de la civilisation. J'avais réuni cinq artistes qui ne se connaissaient pas mais qui, tous les cinq, développaient un imaginaire à forte connotation ethnographique, voire archéo-logique, comme Marc Pessin, ou préhisto-rique dans le cas de Christine Séfolosha. Chacun avait son territoire et on passait de l'un à l'autre comme d'une région ou d'une tribu à une autre. C'était magique. J'ai vu une femme sortir en larmes de cette exposition, et pourtant elle n'a eu quasiment aucun écho dans les médias. Télérama a envoyé quatre journalistes au vernissage : ils m'ont fusillé du regard comme si j'étais un faussaire. J'ai appris par la suite qu'ils étaient collectionneurs d'art primitif et férus de surréalisme. Ils ne pouvaient pas comprendre la nouvelle époque dans laquelle nous sommes entrés."

L. D.

Lire l'introduction du catalogue et la biographie des artistes

back to FEVRIER 2011

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player